« Coupez Twitter et profitez de votre tour du monde » : la phrase qui nous agace 

Depuis notre départ il y a trois mois, on a dû nous répéter ces phrases quinze fois : « Oubliez l’actu parisienne et française », « Coupez Twitter », « Quel dommage de faire un tel voyage si c’est pour regarder Netflix le soir »… On en passe et des meilleurs. 

On a envie de répondre : ou pas ! 

Une longue parenthèse

Paris, c’est notre ville. La France, c’est notre pays. Et même si on se réjouit parfois d’être loin de débats aussi stériles que celui sur le port du voile, il est hors de question pour nous de couper les ponts pendant un an avec ce qui fait partie intégrante de notre vie. 

Un tour du monde, c’est une parenthèse. Une longue parenthèse, c’est vrai. Dans notre cas, un an. Nous en reviendrons nécessairement différents, avec un autre regard, peut-être d’autres passions et d’autres envies. Mais, quoi qu’il en soit, nous en reviendrons. Nous retrouverons avec bonheur Paris et la France, nos familles et nos amis. Nous reprendrons un appartement, un travail, et nous renouerons en grande partie avec notre vie d’avant.

Car nous ne sommes pas partis sur un coup de tête ou un ras-le-bol. Il ne s’agissait pas de fuir un quotidien pesant ou une ville dans laquelle on étouffait. Juste de voir l’ailleurs et de confronter notre façon de penser à celle de citoyens aux vies radicalement différentes à l’autre bout du monde. 

Bien que nous soyons en Inde, en Indonésie ou on ne sait où, nous n’en sommes donc pas moins attachés au résultat des élections parisiennes pour Matthieu ou au devenir de Lourdes pour Pierre (même s’il pense très fort à Paris, lui aussi). Et nous n’avons pas moins un avis, positif ou critique, sur ce qui se passe dans notre pays. 

Besoin de respirer

Alors oui, on l’assume : nous suivons l’actu parisienne et française. Nous continuons à tweeter sur ces sujets avec cœur, avec passion, avec des blagues douteuses aussi parfois. Et ce malgré le décalage horaire et les moments exceptionnels que nous vivons par ailleurs. 

C’est un besoin d’autant plus fort qu’un « voyage si beau et si lointain », comme nous le soulignait une twitto, implique nécessairement de se préserver des moments de respiration.

Comme nous l’écrivions avant de partir, un tour du monde ce n’est pas des vacances. Nos journées ne sont pas faites de détente permanente, doigts de pieds en éventail à siroter des cocktails. Notre budget ne nous le permettrait pas et, surtout, que retirions-nous d’une telle expérience ? 

Un tour du monde tel que nous avons choisi de le faire, ce sont de beaux paysages comme des endroits sinistres. C’est voir la carte postale mais aussi la vraie vie des gens. Ce sont des temps de découverte comme d’interminables trajets en bus. C’est parfois être en galère ou tomber sur un hébergement minable. C’est vivre dans une forme d’inconfort permanent, parce qu’on est sans cesse en mouvement, parce qu’on rogne sur les dépenses, parce qu’on se confronte à l’inconnu et qu’on en prend plein la figure. Et évidemment c’est 24h/24 et 7j/7. D’une intensité folle. 

C’est pour cela qu’on est heureux et qu’on a nécessairement besoin, parfois, de déconnecter un instant de ce tour du monde. 

Notre vie dans un sac à dos

S’évader dans un livre comme parcourir un article de journal… Regarder une série Netflix comme répondre à une vidéo de chaton (ou de Benjamin Griveaux) postée sur Twitter… Ces petits loisirs, en apparence insignifiants et qui ne prennent que quelques minutes de notre journée, nous permettent d’oublier que toute notre vie actuelle tient dans un sac à dos et que nos proches sont à une dizaine de milliers de kilomètres. 

Et, ainsi, nous trouvons une part de l’énergie nécessaire pour faire ce formidable voyage. Le voyage d’une vie qui n’est qu’une partie de notre vie. Le voyage de deux Parisiens et Français qui parcourent avec bonheur le monde sans oublier d’où ils viennent. 

Abonnez-vous à notre blog

Recevez un message dès qu’un nouvel article est publié et suivez en direct chaque étape de notre voyage.

11 commentaires sur “« Coupez Twitter et profitez de votre tour du monde » : la phrase qui nous agace 

  1. Bravo les garçons !
    Des mauvais coucheurs, vous en aurez toujours.
    Ici, à Paris, on a rarement le temps de se voir ou de parler de choses essentielles. Vous prenez les moyens de cette pause. Et c’est aussi pour moi le moyen de vous découvrir autrement, et c’est très beau.
    Merci pour vos coups de gueules, vos émerveillements et vos photos.
    Je vous embrasse,

    Olivier

  2. Et bim …! Moi j’ai envie de vous remercier justement de rester connectés et notamment sur Twitter et Instagram…cela me permet de voyager grâce à vos photos, stories, articles… Je me régale… Merci à vous

  3. Il y a toujours des gens bien ou moins bien intentionnés pour prodiguer des conseils. Pour ma part j’ai été obligé de restreindre mon groupe Facebook pourtant pas très large à la base pour éviter les jaloux et autres lorsque je partageais mes voyages.
    Je tiens à vous remercier d’avoir des comptes tweeter et un blog ouverts à tous et sachez que je me régale à vous suivre et du coup je profite avec plaisir aussi de vos réflexions sur la vie parisienne. Et nous sommes j’en suis sûr quelques centaines dans le même cas. J’espère que vous allez continuer
    Hervé 64 ans

    1. Coucou Pierre et Matthieu….c’est Lola 😁…vous avez tout a fait raison dans votre texte…apres tout c’est vous qui voyageait et vous avez totalement le droit de faire des photos, de tweeter etc..📷
      Et comme dit Alexandre n’arrêtez pas ca permet aux autres de voir les beautés du monde grace a vos magnifiques photos…🤩…merci encore de nous partager votre belle aventure…je vous souhaite a vous deux une bonne continuation…a bientot 😁

  4. Vos posts, comme vos photos sur Insta ou Facebook, nous permettent tellement de nous évader grâce à vous, que c’est un plaisir, et de belles bulles d’oxygène que de les lire et de les voir ! De belles respirations.
    Bon, sinon pour vous changer de Netflix, je peux vous envoyer les liens de mes docus sur Aubry, Collomb, Juppé et Gaudin et notre série Barons sans descendance !😁

  5. Si je peux me permettre je voulais juste vous remercier pour ces 3 premiers mois de récits de découvertes , d’images. Merci car grâce à ces objets de nouvelles technologies vous m’emmenez ,vous nous emmener avec vous pour ce Tour du monde Incroyablement Riche.
    L envie est encore plus rėelle de vous voir de vous rencontrer de vous poser des milliards de questions (bon ok pas tant que ça ) autour d’un verre etc…
    Surtout restez vous mêmes et prenez soin de vous.
    Hâte de vous lire tres prochainement.
    Amitiés.
    Fred.

Laisser un commentaire