Porte-folio : Dans les temples d’Angkor devenus déserts

Capitale de l’Empire Khmer du IXe au XVe siècle, abandonnée à la sécheresse puis à la jungle pour n’être redécouverte qu’à la fin du XIXe siècle, Angkor est le site archéologique le plus impressionnant qu’il nous a été donné de visiter. Et cela dans des conditions exceptionnelles : il était alors vide de touristes. Porte-folio.

[Porte-folio de notre découverte des temples d’Angkor du 13 au 16 février 2020] 

C’est une étape qu’on attendait avec impatience. Les temples d’Angkor, comme le Machu Picchu, font partie de ces lieux qui marquent une vie. C’est aussi une étape qu’on redoutait. Victimes de leur réputation, ils accueillent aujourd’hui plus d’un million de visiteurs par an, dont tous les routards nous disaient qu’ils gâchent un peu l’instant.

Nous les avons finalement parcourus dans des conditions exceptionnelles. Alors que la crise du coronavirus commençait à s’intensifier, les nombreux touristes chinois et coréens étaient absents. Ne restaient plus que quelques centaines d’Européens éparpillés comme autant d’Indiana Jones sur les 3.000 km² du site. Angkor en paraissait vide. Nous étions seuls parmi les ruines et la jungle.

Nous avons passé trois longues après-midi à déambuler entre les pierres en imaginant l’émerveillement de nos compatriotes, le naturaliste Henri Mouhot et l’abbé Sylvestre, lorsqu’ils redécouvrirent ces lieux en 1861. L’émotion est toujours là. Des couloirs des célèbres Angkor Vat et Angkor Thom, à ceux des temples moins connus et plus sauvages qui nous ont laissé les plus beaux souvenirs : le Ta Keo, le Ta Prohm, le Banteay Kdei, le Pré Rup, le Ta Som. Porte-folio. 

Toutes nos étapes au Cambodge

3 commentaires sur “Porte-folio : Dans les temples d’Angkor devenus déserts

  1. Bandes de veinards!!!!
    cette visite avec si peu de touristes ca devait être génial !
    Je me suis revu sur les photos,à croire qu’on a les pris en double pour certaines !
    Superbe en tout cas et très bon souvenir.

Laissez-nous un commentaire :-)