Nos premiers pas en Indonésie

Nos premiers pas en Indonésie

À chaque nouveau pays, le regard croisé sur nos premiers pas. La première impression est-elle la bonne ? Démontrons le contraire ou confirmons la règle. Étape 2 : nos premiers pas… en Indonésie.

Des petits je-ne-sais-quoi qui font du bien (par Pierre)

Nous atterrissons en Indonésie à l’aéroport de Denpasar, capitale de Bali. Pour un choc, c’est un choc ! Après 2 mois et demi en Inde, on est accueilli au son des percussions sur bambou. Je ne connais pas encore Hawaï mais j’ai l’impression de me retrouver déjà au milieu du Pacifique. Pour un peu, je n’aurais pas été surpris de voir débarquer Tatoo de « L’île fantastique » nous offrir un collier de fleurs en signe de bienvenue !

Nous sommes vraiment dépaysés, dans tous les sens du terme. On arrive à Kuta, l’une des plages de Bali, souvent décriée car elle ne reflète pas le charme du « vrai » Bali. Peu importe : quand on revient d’un pays aussi prenant que l’Inde, retrouver des repères occidentaux, ça ne fait pas de mal (à petite dose). Ainsi, dans les rues, voir des Indonésiens se tenir par la main, tatoués en mini-short et débardeurs, ça fait du bien. Se dire qu’on peut boire une bière sur une plage propre et emménagée pour le farniente, ça fait du bien aussi. Ces petits je-ne-sais-quoi qui n’existaient pas en Inde.

Seulement quelques heures après notre arrivée, c’est en regardant l’horizon que nous avons vraiment pris conscience que nous étions partis à l’autre bout du monde ; dans un autre monde. On s’est regardé avec Matthieu et on s’est demandé pour la 1ère fois : « Où sommes-nous ? » La fatigue, le tourbillon de ce que nous venions de voir, ce changement radical de civilisation… Tout ça nous a très vite bouleversé. Et c’était beau. C’est ce que nous recherchions aussi dans notre tour du monde : être bousculés, passer d’un univers à un autre, se confronter au changement constant.

Pour le moment, nous arrivons à notre hôtel. Il est simple, avec une salle de bain qui ressemble à une salle de bain (on ne se douche pas sur la cuvette des WC), il y a des serviettes et du papier toilette, la chambre est décorée avec goût, les prises de courant sont disposées de façon à ce qu’elles soient utilisables (ce n’était pas toujours le cas lors notre étape précédente). Et, là encore, ça fait du bien 🙂

Surfeur sur la plage de Kuta

Des temples et des bières (par Matthieu)

Descente de l’avion. Nous faisons nos premiers pas en Indonésie. L’air est chargé d’humidité, comme lorsque la mousson labourait Dehli. Les taxis nous sautent dessus en espérant nous appliquer le tarif fort, là encore comme à Delhi. Deux maigres similitudes, dans un océan de différences. L’Indonésie n’a pas grand chose à voir avec l’Inde. Elle nous plonge dans un nouvel univers, un nouvel inconnu.

Changement de monnaie. Il faut 15.000 rupiahs indonésiennes pour faire 1 euro, quand il fallait 79 roupies indiennes. On se perd en faisant des règles de trois à chaque achat. Changement de décor. Ici, l’ambiance allie tradition et décontraction. Les temples sont bordés de bars, de tatoueurs et de salons de massage. Autre rapport au tourisme aussi. Les Balinais qui nous accueillent à notre hôtel redoublent de professionnalisme et démontrent leur habitude à accueillir les étrangers. Ils sont aux petits soins au-delà de tout ce qu’on aurait pu espérer.

Touristes australiens et habitants fument des clopes sur chaque pas de porte. Ils boivent de la bière dans la rue alors qu’il n’est que 14h. À côté, on fait rôtir des cochons entiers. Nous entrevoyons la plage, faite de transats, d’apprentis surfeurs, de gens en maillots de bain et là encore de bars. Une plage comme on en voit en Europe, une plage qui n’existe pas en Inde si ce n’est à Goa, et encore.

Ces premiers pas en Indonésie nous paraissent très « tikki ». On se croirait à Hawaï, en tout cas tel qu’on imagine Hawaï sans y être jamais encore allé. Bien entendu, on sait que Bali, n’est pas l’Indonésie, et même que Kuta – notre première étape résolument touristique – n’est pas Bali. La première impression n’est assurément pas représentative des semaines que nous allons passer ici.

Mais on est content, après deux mois et demi en Inde, dans une société qui s’interdit publiquement beaucoup de choses, de nous retrouver soudain dans un lieu où on a l’impression de pouvoir faire ce que l’on veut sans jamais soulever le moindre regard sourcilleux ou accusateur. Ici, c’est la liberté.

Un couple d’Indonésiens sur la plage

Un commentaire sur “Nos premiers pas en Indonésie

  1. J’adore Bali, Bowie adorait Bali, il règne à Bali une d’atmosphère comme il n’y a nulle part ailleurs.
    Allez faire un tour à Dremland, paradis des surfeurs.
    Allez vous perdre à Ubud et dans ses environs, voir leurs cerfs volants, assistez à une crémation, descendez en vélo à travers les villages, allez plonger à Tulamben, j’adore Bali… malgré le tourisme de masse, les déchets à ciel ouvert, La magie fonctionne toujours.. pour combien de temps!
    Bon séjour 💕🙏

Laisser un commentaire